Teaching with a MOOC? Feedback from Professor Patrick Zylberman

Patrick Zylberman, Professor of Health History, was one of the first professors who taught a MOOC at the Centre Virchow-Villermé. The first session of the MOOC : « SRAS une « révolution »de la gouvernance mondiale des épidémies ? » was completed last May. We wanted to find out which elements surprised him and which ones raised questions in him. The involvement and the energy of participants were greatly appreciated by this professor of health history. Yet, he makes it not any less clear, that in order to use the term “teaching” when referring to MOOCs, one has to use quotation marks.

What do you remember most about this MOOC?

I remember different elements, actually. First, there is the collective work a MOOC requires: a team which assists the professor from production to dissemination. And, in the beginning I did not think I would get very involved in the forum, but the seriousness with which participants approached this MOOC, got me to pour a lot into it.

Can you tell us a bit more about the participants and about the discussions on the forum?

For the most part, the audience consisted of health care professionals (physicians, nurses). They participated in the course to reflect on their professional practices or to familiarize themselves with a not well known topic. About 30 people followed the MOOC to the end and were very involved and active in the forum. I believe the teacher should keep certain reservations when it comes to these places of discussion, which belong foremost to the participants. And it is they who started it and then animated and took charge of it. I did not intervene other than on an ad hoc basis to respond to questions and to correct mistakes. The teacher is not there to ask questions, but to initiate questions and discussions. To use a metaphor, I see the teacher as a reporter on television: he is certainly seen, but he is only there to start and restart the conversation. If, on the other hand, the professor were virtually absent, we would be moving towards a documentary.

You wrote an article before the start of your course: « Le MOOC ou la pédagogie socratique à rude épreuve ». Has your opinion changed?

Actually, the weakness of MOOCs is education, or, to be more specific, the educational relationship. When one is not facing the students, one is not in control of this relationship. For example, one knows nothing about the person behind the screen, and that poses a serious problem for the issuance of a certificate. Everything is still very artificial. The MOOC thus represents a challenge from an educational point of view. The teacher does not actually disappear, even if I am convinced that the MOOC will have implications for his profession, as well as for his role as professor.

Whatever the teaching content, a professor must possess a bit of what is called charisma! When I was a student, there were crowds in the courses where the professor was considered “good”. On the contrary, lecture halls were fairly empty when students were bored in a course. This human aspect can never be eliminated.

This human aspect, was it felt during the MOOC?

Yes, and it is something that surprised me. The ambience was favorable to the formation of a network, and that in a very short time. Two health care professionals, who were assiduous participants, were in Guinée-Conakry, the center of the Ebola crisis, during the MOOC. The discussion forum contributed, I hope, to supporting them psychologically. The MOOC enabled them to participate in a joint project during this difficult time period. Thus, we noted positive secondary effects coming from this online teaching; effects we do not control, however.

How much work did this MOOC require from you, from production to issuance of the certificates?

I would say two months in all. It took me one month to write the 100 pages which made up the text of this MOOC. For a classical course, one takes notes; one has a slide show prepared. Here, improvisation is impossible, given the necessity to time each section of the course during its realization. Thus, I had to write everything, from A to Z, just like a book. Then, it took me two weeks to work on my slides with the team from INRIA. During the MOOC, I devoted one day per week to the answering of questions asked in the discussion forum and to write the weekly summary.

Which aspects could be improved for the next MOOCs?

We had no prior experience when we began working on this MOOC; we got started and lived all this in complete naivety. If I were to do it again, certain aspects would be quite different. I would like it if my slides were also disseminated in English. The majority of my colleagues in health history are English speakers. If the MOOC is launched again, it would be nice, in my opinion, if the subtitles in English were active.

I also had great ambitions regarding the exercises. I wanted to set up a kind of role play in the forum, by giving participants roles and interventions to carry out. One could reconsider this option at some moment and attempt to come up with something practical for the next MOOCs.

I would like to bring up one last point, the place of MOOCs in higher education. Right now, MOOCs seem to be going in all directions. Certain people think that they will replace lectures; others think that they will be more of a tool for lifelong learning. It seems to me one has to be more thorough and to think about the place of MOOCs in higher education. A MOOC does not replace a course; it will never replace a traditional course. What then is or could be its function?

CC_BY_SA_001 Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.


Enseigner avec un MOOC ? Retour d’expérience du Professeur Patrick Zylberman

Patrick Zylberman, professeur d’histoire de la santé, a été l’un des enseignants pionniers des MOOC du Centre Virchow-Villermé. La première session du MOOC : « SRAS une « révolution »de la gouvernance mondiale des épidémies ? » s’est achevée en mai dernier. Nous avons souhaité lui poser quelques questions afin de recueillir des éléments qui ont pu le surprendre ou bien soulever chez lui certaines interrogations. L’implication et le dynamisme des participants ont été grandement appréciés par ce professeur d’histoire de la santé. Il n’en insiste pas moins sur le fait que le MOOC reste un objet pour lequel le terme de « pédagogie » doit encore, à ce jour, être utilisé avec des « guillemets ».

Que retiendrez-vous principalement de ce MOOC?

Différents éléments. Tout d’abord, le travail collectif que demande un MOOC : une équipe accompagne le professeur, de sa réalisation à son animation. Ensuite, alors qu’au départ je ne pensais pas m’impliquer dans le forum, le sérieux avec lequel les participants ont pris ce MOOC m’a amené à m’y investir.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les participants de ce MOOC et sur les discussions du forum ?

Le public de ce MOOC était un public majoritairement constitué par des professionnels du soin (médecins, infirmières). Ils étaient là pour réfléchir sur leur pratique ou bien pour s’initier à un contenu qu’ils n’avaient pas eu l’occasion d’approfondir. La trentaine de personnes qui ont suivi ce MOOC en entier étaient très impliqués, très actifs sur le forum. Pour moi, l’enseignant doit observer une certaine réserve dans cet espace de discussion qui appartient d’emblée aux participants. Et c’est eux, en effet, qui l’ont démarré puis animé. Je ne suis intervenu que de façon ponctuelle pour répondre à des questions, corriger des erreurs. L’enseignant n’est pas là pour poser les questions, il est là pour les relancer. Pour prendre une métaphore, je verrais l’enseignant comme un reporter à la télévision : on le voit, certes, mais il n’est là que pour lancer et relancer la conversation. Cela dit, si le professeur était pratiquement absent, nous glisserions alors vers le documentaire.

Vous aviez écrit un article avant le lancement de votre cours : « Le MOOC ou la pédagogie socratique à rude épreuve ». Est-ce que votre avis a évolué?

En effet, le point faible du MOOC reste la pédagogie, ou plus précisément la relation pédagogique. Lorsque vous n’avez pas d’étudiants en face à face, vous ne pouvez pas maîtriser cette relation. Par exemple, on ignore tout de qui est derrière l’écran, ce qui n’est pas sans poser un grave problème pour les attestations. Tout cela est encore très artificiel. Le MOOC représente donc un défi au point de vue pédagogique. L’enseignant ne disparaît pas pour autant, même si je suis convaincu que le MOOC a des implications sur son métier lui-même ainsi que sur son rôle de professeur.

Quelque soit le contenu qu’il enseigne, un professeur doté de ce qu’il faut bien appeler une petite dose de « charisme » est absolument nécessaire. Quand j’étais étudiant, il y avait foule aux cours où le professeur était « bon ». Par contre, les amphis étaient vides quand les étudiants s’ennuyaient. Cet aspect humain ne pourra jamais être éliminé.

Est-ce que cet aspect humain sest fait ressentir au cours du MOOC?

Oui, et c’est une chose qui m’a surpris. L’ambiance a été favorable à la cristallisation d’un réseau, et cela en un temps très court. Deux professionnels du soin, participants assidus, se trouvaient en Guinée-Conakry pendant le MOOC, au cœur de la crise « Ebola ». Le forum de discussion a contribué, je l’espère, à les soutenir psychologiquement. Le MOOC leur a permis de participer à un travail collectif pendant cette période difficile. Nous remarquons donc des effets secondaires positifs de cet enseignement en ligne, effets que bien sûr l’on ne maîtrise pas.

Quelle charge de travail vous a demandé ce MOOC, depuis sa production jusqu’à la délivrance des attestations?

Je dirais deux mois en tout. Il m’a fallu un mois pour écrire les 100 pages qui constituent le texte de ce MOOC. Pour un cours normal, on prend des notes, on a un diaporama. Ici, l’improvisation est impossible, en raison même de la nécessité de minuter chaque section du cours lors de sa réalisation. J’ai donc dû tout écrire, de A à Z, comme pour un livre. Ensuite il m’a fallu deux semaines pour travailler mes diaporama avec l’équipe de l’INRIA. Pendant le MOOC, je consacrai un jour par semaine pour répondre à quelques questions du forum de discussion et réaliser la synthèse hebdomadaire.

 Quels points pourraient être améliorés pour les prochains MOOC ?

Pour ce MOOC, nous n’avions aucune expérience; nous avons démarré et vécu tout cela en toute « naïveté ». Si je faisais de nouveau un MOOC, certaines choses seraient très différentes. J’aimerais, par exemple, que mes diapositives soient également diffusées en anglais. La plupart de mes collègues travaillant sur l’histoire de la santé sont anglophones. Si le MOOC repartait pour une nouvelle tournée il serait bien, à mon avis, que le sous-titrage en anglais soit effectif.

J’avais aussi de grandes ambitions pour les exercices. Je souhaitais mettre en place des sorte de jeux de rôle à l’échelle du forum en donnant aux participants des rôles et des interventions à réaliser. On pourrait y repenser à tête reposée, et tenter de faire quelque chose de praticable pour les prochains MOOC.

Un dernier point que j’aimerai soulever est la place des MOOC dans l’enseignement supérieur. En ce moment, les MOOC s’en vont un peu dans tous les sens. Certaines personnes pensent qu’ils vont remplacer les cours magistraux, d’autres pensent qu’ils seront plutôt un instrument pour la formation tout au long de la vie. Il faudrait être plus rigoureux, me semble t-il, et songer à la place du MOOC dans l’enseignement supérieur. Le MOOC ne remplace pas le cours, il ne le remplacera jamais. Alors quelle est, quelle pourrait être sa fonction?

CC_BY_SA_001 Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

  • Recent Posts

  • Recent Comments

  • Archives

  • Categories

X