Sandy Island (2): projets à l'eau

Poursuivons notre exploration des dégâts considérables causés par l’ouragan Sandy à New York. Le centre hospitalo-universitaire de Langone (New York University) a particulièrement souffert de la tempête et des inondations. Le directeur de l’hôpital, qui est aussi le doyen de la faculté de médecine, Robert Grossman, estimait dans l’édition du New York Times en ligne le 9 novembre dernier, que la facture s’élèverait probablement entre 700 millions et 1 milliard de dollars. Nettoyage, reconstructions, pertes de revenus, projets de recherche arrêtés, et défraiement d’une main d’oeuvre au chômage technique. A l’angle de la 32 ème rue et de la Première Avenue, l’East River a rapidement inondé les sous-sols de l’hôpital de 300 lits, dans la nuit du lundi 29 novembre au mardi, dans un contexte voisin de celui que nous avons décrit pour l’hôpital Bellevue dans notre billet précédent. Les cours à la faculté de médecine ont été arrêtés dès le lendemain, certains amphis ayant été littéralement noyés sous les flots. Tous les projets de recherche en cours sont également stoppés. Quatre IRM, un accélérateur linéaire, une plateforme de radiochirurgie par “gamma-knife”, tous installés en sous-sol sont hors d’usage. Par chance, les données médicales des patients étaient sauvegardées dans le New Jersey et ont été protégées. A New York où la concurrence faisait rage entre les établissements de santé, les patients qui aujourd’hui se sont répartis dans tous les hôpitaux de la région reviendront-ils à l’hôpital Langone de NYU ? Le président de l’université, John Sexton, confiait au quotidien newyorkais ses craintes que les médecins-chercheurs eux-mêmes soient attirés par des sirènes voisines, des centres médicaux ayant moins souffert du sinistre, ne serait-ce que pour poursuivre leurs projets de recherche en cours, dans la logique qui est la leur : “publier ou mourir”… Il assure que tout est fait pour préserver leurs collections biologiques, comme en attestent les réservoirs d’azote liquide déployés à l’extérieur de l’hôpital, mais une note a été adressée à tous les chercheurs concernés, les avertissant que l’animalerie avait été dévastée, même si certains chercheurs avaient eu le temps de protéger leurs rongeurs, en remontant leurs cages à des étages plus élevés.

Il faudra attendre plusieurs semaines pour évaluer l’ensemble des dégâts et se prononcer sur les conditions de la réouverture. Les consultations ambulatoires ont déjà partiellement repris. Les activités de recherche suivront, et quelques services réouvriront aussi, progressivement.

A l’hôpital Langone, les groupes électrogènes de secours étaient pourtant presque tous installés dans des étages supérieurs, hors de portée des inondations, mais les cuves de diesel étaient en sous-sol, et les inondations ont provoqué leur arrêt précoce…

  • Recent Posts

  • Recent Comments

  • Archives

  • Categories

X