Appel à contributions : journées d’étude et de pratique « Méthodes numériques, climat & santé »

Objectifs de l’appel à contributions :

Le programme « Méthodes numériques, Climat & Santé » s’adresse à différents instituts/équipes de recherche ayant travaillé ou travaillant sur les thématiques transversales du climat et de la santé. Il a pour vocation de regrouper différents profils et champs disciplinaires pour un partage d’expériences et un retour réflexif sur les méthodes et outils numériques développés autour de cette thématique sous le format d’une journée d’étude, dans un premier temps, et d’une à deux journées de « mise en pratique », dans un second temps.

Thématiques abordées :

La question du changement climatique est un enjeu majeur et complexe qui fait et a fait l’objet de nombreux projets de recherche abordant ce sujet sous ses multiples facettes. Sciences sociales, sciences de la communication ont été mobilisées au côté d’autres champs tels que la santé publique, l’informatique, les sciences du vivant dans des projets multidisciplinaires afin d’étudier les enjeux à la fois socio-politiques et sanitaires soulevés avec le changement climatique et dont les médias numériques font l’écho. Le rôle des scientifiques (expertise) et leur lien avec les politiques, la gestion du risque, la surveillance épidémiologique via les réseaux sociaux, la médiatisation des discussions sur le climat et les représentations associées, l’articulation des débats autour d’autres enjeux tels que la santé, sont autant d’axes de recherche qui ont été investis ces dernières années et dont il appartient de continuer à se saisir. Ces projets convergent autour de la nécessité d’employer des méthodes numériques, c’est-à-dire des recherches portant à la fois sur des terrains numériques (discussion et débats en ligne, stratégie de mobilisation sur le web, etc.) et employant des « méthodes digitales » (analyse textuelle, analyse de réseaux sociaux, apprentissage automatique etc.). Ces recherches ont pour point commun de faire souvent dialoguer différentes disciplines et de réunir également de multiples profils (chercheurs, ingénieurs, développeurs, graphistes, etc.) pour collecter, traiter, analyser, cartographier, mettre en forme les données de différentes natures et en quantité variée (rapports, publications scientifiques, tweets, articles de presse, etc.). Ces projets ont été l’occasion d’expérimenter différentes méthodes mais aussi de développer des outils et plateformes numériques d’analyse qui ont été « éprouvés » sur ces jeux de données. Ils sont aussi une illustration des reconfigurations de collectifs de recherche nécessaires (et parfois difficiles) autour d’objets et de pratiques numériques pour la compréhension de phénomènes complexes.

Organisation du programme :

Ayant désormais un certain recul sur ces projets amorcés pour certains depuis plusieurs années, le programme proposé se compose de deux formats complémentaires. Le premier s’organise sous la forme d’une journée d’étude pour revenir sur les travaux de recherche de chaque projet et pour partager les méthodes de recherche développées.

Les objectifs seront :

• de discuter des difficultés rencontrées (techniques, organisationnelles, etc.) et ainsi d’affiner ces méthodes ;

• de donner la parole à l’ensemble des participants des projets (ingénieurs, chercheurs, etc.) pour aborder à la fois des questions d’ordre épistémologique, heuristique mais aussi technique, associées à l’utilisation de ces méthodes ;

• de préparer le second format de ce programme en définissant des thématiques communes à mettre en pratique.

En effet, le second format sera en continuité du séminaire et prendra la forme d’une à deux journées « appliquées » pour mettre en pratique les méthodes évoquées dans la journée d’étude.

Ce second temps sera l’occasion pour les participants :

• de gérer un “mini-projet de recherche” de façon accélérée afin d’expérimenter les différentes étapes associées à ces méthodes ;

• de se former aux outils choisis et de découvrir sur ce temps très court les compétences de chaque profil et les problématiques propres à leurs travaux.

Propositions de communication (deux formats possibles) :

C’est dans cette optique que s’inscrit cet appel à contributions ouvert à toutes les personnes s’intéressant aux problématiques scientifiques et techniques comprises par ce triptyque « Méthodes numériques, Climat & Santé».

Les propositions de communication attendues pourront répondre à deux formats :

• soit un retour d’expérience portant sur un projet de recherche en cours ou déjà réalisé où seront présentées la ou les méthodologies employées avec un regard réflexif aussi bien sur des enjeux techniques, épistémologiques, éthiques, etc. qu’elles ont pu susciter. Les présentations seront d’une trentaine de minutes (15 minutes de présentation + 15 minutes de question)

• soit la proposition d’une piste pour les futures journées de mise en pratique qui suivront (thématique, format à expérimenter, méthode ou logiciel spécifique à employer) ou bien la présentation d’un projet de recherche encore en tout début de développement. Cette proposition se fera sous la forme d’un « lightning talk » d’une dizaine de minutes, c’est-à-dire une présentation de 7 minutes suivie de 3 minutes de commentaires.

Chaque proposition de communication devra mentionner le titre, les auteurs et leur affiliation.

• Pour ce qui concerne les retours d’expérience, un résumé de 4000 signes maximum (sans inclure la bibliographie) devra être proposé ;

• pour les propositions concernant les futures journées de mise en pratique ou les projets en cours de développement sous la forme de « lightning talk », un résumé de 400 signes pourra être soumis.

Elles pourront être rédigées en français ou en anglais. Les propositions dans d’autres langues (espagnol, allemand, etc.) pourront aussi être étudiées à condition qu’une courte synthèse en français ou en anglais soit jointe. Une aide financière pourra être proposée à des chercheurs ne résidant pas dans un pays à « hauts revenus » (1) .

La demande devra être mentionnée lors de l’envoi de la proposition de communication. Le groupe est coordonné par Célya Gruson-Daniel, Anneliese Depoux, Stéfanie Schütte (Centre Virchow-Villermé de Santé Publique Paris Berlin) et Alexandre Hannud Abdo (LISIS).

Les propositions seront envoyées à celya.gruson-daniel@parisdescartes.fr et abdo@member.fsf.org.

Evaluation des propositions de communication :

Un comité scientifique a été constitué pour évaluer ces propositions :

Marc Barbier (Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés,INRA)

Nicolas Baya Laffite (STS-Lab,Université de Lausanne)

Anneliese Depoux (Centre Virchow-Villermé de Santé Publique, Politiques de la Terre, Université Sorbonne Paris Cité ; GRIPIC- Université Paris Sorbonne-CELSA)

Maud Devès (Institut de Physique du Globe de Paris ; Centre de Recherche Psychanalyse Médecine et Société, Université Paris Diderot, Politiques de la Terre, Université Sorbonne Paris Cité)

Célya Gruson-Daniel (Centre Virchow-Villermé de Santé Publique, Université Sorbonne Paris Cité ; COSTECH, Université de Technologies de Compiègne)

Alexandre Hannud Abdo (Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés,INRA)

Stéfanie Schütte (Centre Virchow-Villermé de Santé Publique, Politiques de la Terre Université Sorbonne Paris Cité)

Les évaluations seront effectuées à l’aveugle par le comité scientifique.

Calendrier prévisionnel :

• Date limite de réception des contributions : 13 mars 2017

• Réponse aux participant(e)s avec indication des dates des journées 31 mars 2017

• Journées d’étude et de mise en pratique : entre mai et juin 2017

 

(1) Les pays « à hauts revenus » sont définis par la Banque mondiale par un revenu national brut par habitant (RNB) supérieur à 12.736 USD (en 2014, méthode Atlas). Les autres pays ont un RNB inférieur ou égal à ce seuil.

X