Assessment of the MOOC “Contrôler une épidémie de maladies émergentes infectieuses” – two key moments

[French version below]

 

The MOOC “Contrôler une épidémie de maladies infectieuses émergentes”, taught by Professor Antoine Flahaut, took place from February 10 to March 23, 2014. Of the 1747 participants who had signed up, 31 successfully passed the final exam. An educator’s dream!

The MOOC “Contrôler une épidémie de maladies infectieuses émergentes” was the second MOOC of the Centre Virchow-Villermé that had made its debut on the platform FUN. These 6 weeks had been intense for Professor Antoine Flahault, but also for the educational team of the Centre Virchow-Villermé. Everybody was pleased about the activity on the forum, both in terms of exchanges amongst participants and discussions with the professor himself. Moreover, all the feedback received at the end of this MOOC was very positive. Some comments were especially memorable.

Exchanges amongst participants: mutual assistance and sharing of knowledge

At the end of each session, an exercise was proposed to participants. They were asked to answer on the discussion forum and to comment on the other participants’ answers. This format creates a powerful collaborative framework. It was an occasion to create ties between MOOC participants but also to take up an important educational challenge: to go towards what Professor Antoine Flahault calls “horizontalisation”. In this way, the knowledge of the educator and the one derived from the exchanges between participants complement each other. The concept of « peer assessment », in which participants rate the work of other participants, is symbolic of the possibilities offered by MOOCs (even if the possibilities on this platform remain limited). And it is indeed here that the success of a MOOC is being judged, according to Antoine Flahault who was questioned during a previous interview.

When it comes to MOOCs, professors are guided by their experience and knowledge. But when an educator successfully puts the spotlight onto the participants, even if there are 3000 or 50 000 of them, that is the real success!

The Live teaching session (Le Colloque de la Sirène): an interdisciplinary online meeting place

The highlight of the 4th week was the live teaching session (le colloque de la Sirène). One can consider it the “live correction” of the exercise proposed by Antoine Flahault the week before, which was to answer the question “in terms of emerging infectious diseases, which is the threat we should fear the most for the future?” From Paris and for two hours, Antoine Flahault, physician-epidemiologist, had an exchange with his colleagues, who, for the most part, belonged to the crisis response team Chikungunya in 2005-2006. This live session illustrated, through the different profiles of panelists and their statements, the importance of interdisciplinarity in the fight against emerging infectious diseases. A summary of exchanges can be found on this blog, in the article “Le colloque de la Sirène ou l’interdisciplinarité en action”.

A final exercise revealed the creativity and hands-on knowledge of participants

The MOOC “Contrôler une épidémie de maladies infectieuses émergentes” ended after six weeks with the submission of a final exercise. It was asked of participants to produce their own multimedia document on the topic of health promotion (a kind of advertisement for public health) in the fight against Chikungunya. Of the 31 submissions received, 6 were judged to be the best with a high level of consensus:

1. Romain Domard : Gold medal

https://www.youtube.com/watch?v=iTgy03kPDRw

2. Chrisnel Bernard : Silver medal

Chrisnnel_Bernard_MoocChik3. Thierry Vacassin : Bronze medal

Thierry_Vacassin_MoocChik

4. VTS : Jury award

VTS_MoocChik_poster

5. Chris Valingot : Jury award

Chris_Valingot_MoocChik

6. Nora Samir : Jury award

Nora_Samir_MoocChik

 

Antoine Flahault emphasized in a detailed overview the key elements of this homework, which perfectly illustrates the quality of thought on the part of the participants.

The successful works were based on the best available and current scientific knowledge, without being too alarmist. They called for vigilance by combining personal responsibility with collective responsibility.

The evaluation of the 31 received homework assignments was carried out by Antoine Flahault and the educational team. The creative works convinced through their respective medium, music, as well as through an attractive script. The rather serious works done with Powerpoint however, seemed to have been directed at scientists and/or people with an academic background, but not at the general public. In fact, the digital teaching tool MOOC was the perfect occasion for students to put the possibilities offered by digital technology at the service of their creativity.

It seemed important to get participants to face this digital challenge. Of course not everyone is familiar to the same degree with these tools, but this exercise was meant to encourage participants to develop today’s essential skills in health promotion. In summary, the homework was about applying communicative strategies from commercial advertising to the field of health.

It is important that health education and promotion benefit from artistic efforts much in the same manner as commercials do.

The distribution rights of the images and contents used by participants for this exercise are an important issue. The works which forgot to mention the source of the used images and contents or which violated the rights of the author received a low grade. The works which did not respect the rights of the author could not be used as a means of communication in the promotion of health and furthermore, they cannot even be presented in this blog, for lack of adherence to the law.

The boadcast messages intended for health education and promotion cannot be subject to any contestation or run the risk of being discredited as the result of using incomplete, incoherent, confidential or nonreproducible information.

The MOOC “Contrôler une épidémie de maladies émergentes infectieuses” will have been the occasion for Professor Antoine Flahault and the Centre Virchow-Villermé to return to the most important lessons learned from the fight against the Chikungunya outbreak on the Island of Réunion in 2005-2006. Participants were able to learn more about the nature of the virus and its defining features but also about implemented means and measures that proved efficient in the fight against this disease. The true value of this MOOC lies in the lived experience of Professor Flahault, who led the committee for the coordination of research during the crisis. The digital experience was vivid and there were plenty of exchanges (courteous and no waffling) between participants on the platform MOOC hosted on France Université Numérique. Noteworthy were the availability of the professor to answer questions directly on the discussion forum and the organization of the live teaching session.

It was a reward for the Centre to see several participants sign up for other MOOCs offered by the Centre, such as “SRAS : une “révolution” de la gouvernance mondiale des épidémies ?” , which ended on May 12 and “La bombe démograhique est-elle désamorcée ?” which started on May 5.


Bilan du MOOC “Contrôler une épidémie de maladies émergentes infectieuses” – deux moments forts.

Le MOOC “Contrôler une épidémie de maladies infectieuses émergentes”,  enseigné par le professeur Antoine Flahaut s’est déroulé du 10 février au 23 mars 2014. Sur 1747 inscrits, 31 participants ont passé l’examen final avec succès. La classe rêvée pour tout enseignant.

Le MOOC “Contrôler une épidémie de maladies infectieuses émergentes” a été le deuxième MOOC du Centre Virchow-Villermé à débuter sur la plateforme FUN. Ces 6 semaines ont été un moment intense pour l’enseignant, le professeur Antoine Flahault, ainsi que pour l’équipe pédagogique du Centre. Tous ont été ravis de constater la belle activité sur le forum tant au niveau des échanges entre participants que des discussion avec le professeur lui-même. D’ailleurs les retours parvenus à la fin de ce MOOC ont tous été très positifs. Quelques éléments ont été tout particulièrement marquants.

Les échanges entre participants : entraide et partage des connaissances

A la fin de chaque séance, un exercice était proposé aux participants. Il leur était demandé de répondre sur le forum de discussion et de commenter mutuellement “leur” exercice. Ce format a fait émerger un cadre collaboratif puissant. Il s’agissait d’une occasion de tisser des liens entre les différents participants du MOOC ainsi que de relever un défi pédagogique d’importance : aller vers ce que le professeur Antoine Flahault appelle “l’horizontalisation”. Ainsi, les connaissances de l’enseignant et celles issues des échanges collectifs des participants se complétaient. Le concept d””évaluation par les pairs” -où les participants jugent eux-mêmes les travaux des autres participants- est en cela emblématique des possibilités offertes par les MOOCs (même si à cet égard l’offre de la plateforme reste pour l’instant limitée). C’est là que se jugerait la réussite d’un MOOC, selon Antoine Flahault interrogé lors d’un précédent interview.

Au niveau d’un MOOC, le professeur apporte par son expérience et sa connaissance. Mais lorsqu’il arrive à propulser sur le devant de la scène les apprenants, même si ils sont 3000 ou 50 000, c’est vraiment cela la réussite.

Le Colloque de la Sirène : rencontre virtuelle interdisciplinaire

Le temps fort de la 4ème semaine a d’ailleurs été le colloque de la Sirène. Il a été pensé comme la “correction” en direct de l’exercice proposé par Antoine Flahault la semaine précédente, à savoir “quelle est la menace, en termes de maladies infectieuses émergentes, que nous devons le plus redouter pour l’avenir ?”. Pendant deux heures, Antoine Flahault, médecin-épidémiologiste, a échangé depuis Paris avec ses collègues dont la plupart faisait partie de la cellule de crise du chikungunya en 2005-2006. Ce colloque a illustré, aussi bien au niveau des profils variés des intervenants que des propos tenus, l’importance de l’interdisciplinarité dans la lutte contre les maladies émergentes infectieuses. Un résumé de ces échanges est disponible sur ce même blog dans l’article “Le colloque de la Sirène ou l’interdisciplinarité en action”.

Un exercice final révélant la créativité et les connaissances “de terrain” des participants

Le MOOC “Contrôler une épidémie de maladies infectieuses émergentes” s’est achevé en sixième semaine avec un exercice final à rendre. Il était demandé aux participants, pour conclure ce MOOC, de produire un document multimédia de leur propre composition au sujet de la promotion de la santé (sorte de “publicité” en faveur de la santé publique) concernant la lutte contre le chikungunya. Sur les 31 productions soumises, 6 ont été jugées les meilleures avec un très haut niveau de consensus :

1. Romain Domard : médaille d’or

https://www.youtube.com/watch?v=iTgy03kPDRw

2. Chrisnel Bernard : médaille d’argent

Chrisnnel_Bernard_MoocChik3. Thierry Vacassin : médaille de bronze

Thierry_Vacassin_MoocChik

4. VTS : prix du jury

VTS_MoocChik_poster

5. Chris Valingot : prix du jury

Chris_Valingot_MoocChik6. Nora Samir : prix du jury

Nora_Samir_MoocChik

 

Antoine Flahault, dans une synthèse complète de l’exercice final, a mis en avant les éléments clefs des devoirs qui illustraient parfaitement la qualité des réflexions des participants de ce MOOC.

Les bons messages étaient fondés sur les meilleures connaissances scientifiques du moment, sans être trop alarmistes ils appelaient à la vigilance en combinant une part de responsabilité individuelle et de responsabilité collective.

L’évaluation des 31 devoirs reçus a été effectuée par Antoine Flahault et l’équipe pédagogique. Les devoirs originaux, tant par leur support, la musique utilisée que par leur graphisme séduisant ont été valorisés. Les productions sous forme de Powerpoint austères nous semblaient plutôt destinées à un public scientifique et donc peu adaptées à un message de santé publique efficace à l’intention de tous. En effet, le dispositif pédagogique numérique MOOC était l’occasion pour les participants d’utiliser les possibilités offertes par le numérique -justement- au service de leur créativité.

Il paraissait important de mettre les participants face à ce défi numérique. Certes, chacun n’avait pas la même familiarité avec ces outils ; mais cet exercice était un bel encouragement à développer des aptitudes essentielles aujourd’hui en termes de promotion de la santé. En somme, il s’agissait de mettre au service de la santé la même intelligence communicationnelle que ce qui peut se faire dans la publicité commerciale par exemple.

Il est important en effet que l’éducation et la promotion de la santé bénéficient des mêmes efforts artistiques, que peuvent avoir les publicités dont nous sommes les spectateurs pluriquotidiens.

Dans cette perspective, un point de vigilance particulier était lié aux droits de diffusion des images et contenus utilisés par les participants dans le cadre de l’exercice. Les productions qui oubliaient de mentionner la source des images et des contenus sélectionnés ou qui enfreignaient les droits d’auteur ont été sévèrement sanctionnées. En effet, les travaux qui ne respectaient pas ces droits d’auteurs n’auraient pas pu constituer un support de communication massive de promotion de la santé -et être présentés sur ce blog- , ils auraient de fait été retoqués faute de cadre légal satisfaisant.

Les messages de diffusion massive destinés à l’éducation et la promotion de la santé ne doivent souffrir d’aucune contestation, d’aucun risque de dé-crédibilisation qui pourraient être le résultat d’une source incomplète, incohérente ou même confidentielle ou non reproductible.

Le MOOC “Contrôler une épidémie de maladies émergentes infectieuses” aura donc été l’occasion pour le professeur Antoine Flahault et le Centre Virchow-Villermé de revenir sur les principaux enseignements de la lutte contre l’épidémie de virus du chikungunya à la Réunion en 2005-2006. Les participants on pu en apprendre plus sur la nature du virus et ses particularités mais également sur les moyens mis en œuvre et les mesures efficaces contre cette maladie. La plus-value du MOOC résidait dans l’expérience vécue et partagée du professeur Flahault, qui présidait la cellule de coordination des recherches au moment des faits. L’expérience numérique à été vécue pleinement avec notamment les nombreux échanges (courtois et sans langue de bois) entre les participants sur la plateforme du MOOC hébergé sur France Université Numérique, la réactivité du professeur pour répondre aux interrogations directement sur le forum de discussion, ainsi que l’organisation de ce colloque virtuel.

Pour l’ensemble du Centre, une belle récompense a été de retrouver une partie des participants sur les autres MOOC du Centre Virchow-Villermé, que ce soit sur le MOOC “SRAS : une “révolution” de la gouvernance mondiale des épidémies ?”  qui s’est achevé le 12 mai  que sur le MOOC “la bombe démograhique est-elle désamorcée ?” qui lui a commencé le 5 mai.

CC_BY_SA_001

  • Recent Posts

  • Recent Comments

  • Archives

  • Categories

X