Climate and Disease in French Dictionaries of Medicine, 1813-1924 – By Patrick Zylberman

[French version below]

 

Until the beginning of the twentieth century, atmospheric conditions were viewed by physicians as a major determinant of epidemics and infectious diseases. Patrick Zylberman, Professor of health history at the French School of Public Health (EHESP), gives examples of this much-discussed issue picked up in nineteenth-century French dictionaries of medicine.

 

1774-1775: An epizootic ravages cattle across southwest France. A Commission is charged with investigating and remedying the crisis. From this grew the Royal Society of Medicine and the first-ever National Meteorology Office (1).

In linking health with climate, this commission resurrected the Hippocratic theory of disease (2). “Climatology includes the study of air, water, and place as well as their application to hygiene and pathology” wrote Jules Rochard (3). “The theory of climate dominates etiology (4)”. As the inventor of isotherms (lines which connect points of equal temperature around the world), Humbolt offers a purely meteorological definition of climate as “all of the atmospheric changes that affect our bodies (5)”. Still in its infancy, medical climatology balances between the two doctrines.

Climate has introduced “extra” variables throughout the history of infectious disease: microorganisms, ticks, lice, human beings cannot live beyond the bounds of certain conditions of temperature, pressure, or humidity. But, in the 19th century, climate was above all a “modifier”: it affected behavior – as Montesquieu (1748) and Cabanis (1802) demonstrated (6) – and the human body (7). In 1831, Villermé produced a study “of a monthly distribution of human conceptions and births, considered in relation to climate (8)”.  Soil (the nature of the terrain, the orientation of hills and valleys) also plays its role in the production of disease. “Valleys without sunlight create idiots” claimed Balzac in 1833. The author of the Dictionary of Practical Medicine took the same line twenty-four years later.

The importance (9) being given to climate in disease dynamics sometimes eluded the observation of their contemporaries. Between December 1781 and August 1792, a flu pandemic swept across Europe. Though mortality remained low, the attack rate was quite high. Originating in central Asia, it is believed, it took the virus eight months to cover the 5,000 kilometers separating the Urals from Portugal, traveling more easily via sea routes (Baltic, Mediterranean) than overland (Alpes, Pyrenees). Fond as they were of meteorological explanations, the scholars of the Enlightenment were baffled by the westward movement of the epidemic, opposite prevailing winds (10).

Not all diseases were seen as influenced by climate. The plague and yellow fever have crossed their predicted seasonal limits twenty times. Catarrhal infection (winter flu) ”is manifestly meteorological in origin”; however, in 1831 a flu epidemic raged through London in May, June, and July. Climate was nonetheless looked on as a “treatment” (11). The question of whether a mountain or seaside would further prolong the life of a consumptive was highly debated in the “Climate” entry of medical dictionaries.

Humans are “cosmopolitan” – they adapt to all climates. Without a doubt, certain human activities affect temperature, such as urbanization: the temperature in cities, you could read in the Larousse Medical in 1924, is higher than in the country due to the absorptive capacity of building materials (limestone) and streets (asphalt), and the heat given off by lighting and heating (12). The impact remained local, however. “The successive revolutions of the globe have necessarily lead to changes in the climate status of major regions: but it does not appear that, according to the earliest times about which we have specific data, climates have undergone appreciable changes” (13).

Climate change was sent back into Earth’s history (the Pleistocene era). In the 1890s, geologists Arrhenius and Chamberlin attracted attention to the link between increased concentrations of C02 and long-term variations in climate, but they did not suggest that the use of fossil fuels could lead to higher temperatures (14). There was no sense of impending crisis. Human beings were supposed to protect themselves against the negative effects of climate – a force exogenous to human society – by cultural means (housing, clothing, etc.). It wasn’t until a century later that the idea of an anthropogenic alteration of the Earth’s biochemical cycles took hold (15). Infectious diseases are no longer regarded solely as a product of a microbial system, but as the result of endogenous, “anthropogenic” causes, produced by culture and ways of life.

[1]. Desaive J. P., Goubert J. P., Le Roy Ladurie E., Meyer J., Muller O., Peter J. P., Médecins, climat et épidémies à la fin du XVIIIe siècle, Paris-La Haye, 1972.

[2]. Le Roy Ladurie E., Le territoire de l’historien (1973), 472-3. Hippocrate, Les airs, les eaux et les lieux, in Œuvres complètes, nlle trad. Littré E., Paris, 1840, t. II.

[3]. Rochard J., V° Climat, in Jaccoud F. S. (dir.), Nouveau dictionnaire de médecine (et) de chirurgie pratiques, Paris (1864-86), t. 8 (1868), 48. Voir aussi le Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, vol. 5 (1813), 330; et Poujol F.A.A., Dictionnaire de médecine-pratique et des sciences qui lui servent de fondements, Paris (1857), 351.

[4]. Fonssagrives, V° Climat, in Amédée Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, série 1, t. 18 (1876), 80.

[5]. Humboldt A. de, Cosmos. Essai d’une description physique du monde, Paris, 1847, t. I, 377. Dr Galtier-Boissière (dir.), Larousse médical illustré, nouvelle édition entièrement refondue et augmentée par le Dr Burnier, Paris, (1924), 264.

[6]. Rostan, V° Climat, in Adelon, Béclard, Biett, Dictionnaire de médecine, Paris, t. 5 (1822), 370-2.

[7]. Andral G., Bégin E. A. N. J., Blandin P. F., Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, (1829-1836), V° Climat, 297.

[8]. Ann. hyg. publ. 5 (1831): 55.

[9]. Guégan J. F., Changement climatique et santé : des liens complexes, Pour la science 89 (2015), 56-8.

[10]. Hays J. N., Epidemics and Pandemics. Their Impacts on Human History, Santa Barbara (2005), 171, 319.

[11]. Rostan, in Adelon (1822), 373.

[12]. Galtier-Boissière (1924), 264.

[13]. Dechambre (1885), 351.

[14]. Arrhenius S., On the Influence of Carbonic Acid in the Air upon the Temperature of the Ground, Phil. Mag. J. Sc. 41 (1896), 237-76. Cleveland C. (2012), Chamberlin, Thomas Chrowder, http://www.eoearth.org/view/article/151054.

[15]. Hamilton C. et Grinevald J., Was the Anthropocene anticipated ? The Anthropocene Review 2 (2015), 63-4.


Jusqu’au début du XXème siècle les conditions atmosphériques étaient perçues par les physiciens comme des déterminants majeurs pour l’émergence d’épidémies et la propagation de maladies infectieuses. Patrick Zylberman, Professeur d’histoire de la santé à l’EHEP, revient sur le sujet en parcourant les dictionnaires médicaux du IXème siècle. 

1774-75: une épizootie ravage les troupeaux dans le sud-ouest de la France. Une Commission est chargée d’enquêter et de remédier à la crise. En sort, et la Société royale de médecine, et le premier Office national de météorologie [i]. Associer maladie et climat, c’est ressusciter la vieille théorie hippocratique des maladies [ii]. « La climatologie comprend à la fois l’étude de l’air, des eaux et des lieux, ainsi que ses applications à l’hygiène et à la pathologie », écrit Jules Rochard [iii]. « L’idée de climat domine toute l’étiologie [iv] ». Inventeur des isothermes (lignes réunissant tous les points du globe dont les températures moyennes sont égales), Humboldt propose, lui, une définition du climat purement météorologique: « l’ensemble des variations atmosphériques qui affectent nos organes [v] ». Encore balbutiante, la climatologie médicale balance entre ces deux doctrines.

Le climat introduit des variables « additionnelles » dans l’histoire des maladies infectieuses: microorganismes, rongeurs, puces, être humains ne peuvent vivre hors de certaines conditions de température, pression, hygrométrie. Mais, au XIXe siècle, le climat est d’abord un « modificateur » : il modifie les mœurs—Montesquieu (1748) et Cabanis (1802) l’ont montré [vi]—et le physique de l’homme [vii]. Villermé donne en 1831 une étude « de la distribution par mois des conceptions et des naissances de l’homme, considérée dans ses rapports avec les climats [viii] ». Le sol aussi (la nature du terrain, l’orientation du relief) a sa part dans la production des maladies. « La vallée sans le soleil fait le crétin », lance Balzac en 1833 ; et l’auteur du Dictionnaire de médecine-pratique de reprendre la formule vingt-quatre ans plus tard.

Cette importance—si actuelle [ix]— accordée au climat dans la dynamique des maladies déjoue parfois l’observation des contemporains. Entre décembre 1781 et août 1792, une vague pandémique a traversé l’Europe. Si la mortalité est demeurée faible, le taux d’attaque fut assez élevé. Venu d’Asie centrale, suppose-t-on, il a fallu huit mois au virus pour parcourir les 5 000 kilomètres séparant l’Oural du Portugal. Un voyage plus aisé par la mer (Baltique, Méditerranée) que par la route (Alpes, Pyrénées). Friands d’explications météorologiques, les savants des Lumières s’avouaient déconcertés par ce mouvement d’est en ouest de l’épidémie, à l’opposé des vents dominants [x].

Toutes les maladies ne sont pas sous l’influence du climat. La peste et la fièvre jaune ont franchi vingt fois les limites qu’on leur avait assignées. L’affection catarrhale (la grippe hivernale) est « d’origine manifestement météorologique »; or, en 1831, une épidémie de grippe a sévi à Londres en mai, juin et juillet. Le climat n’en est pas moins regardé « comme un médicament [xi] ». Comment prolonger l’existence des phtisiques par le choix d’un climat, montagne ou littoral ? Une question très débattue à l’article « Climat » des dictionnaires de médecine.

L’homme est « cosmopolite », il s’habitue à tous les climats. Et sans doute certaines activités humaines ont-elles une incidence sur la température, comme l’urbanisation: la température des villes, lit-on dans le Larousse médical de 1924, est plus élevée qu’à la campagne en raison de la capacité d’absorption des matériaux des maisons (calcaire) et des rues (asphalte), et de la chaleur dégagée par les appareils d’éclairage et de chauffage [xii]. L’impact reste cependant local. « Les révolutions successives du globe ont nécessairement entraîné des variations dans l’état climatologique des grandes régions: mais il ne paraît pas que, d’après les temps les plus reculés sur lesquels on puisse posséder quelques données précises, les climats aient subi des changements appréciables [xiii]. »

Le changement climatique est renvoyé au passé de la Terre (au Pléistocène). Dans les années 1890, les géologues Arrhenius et Chamberlin attiraient l’attention sur le lien entre l’augmentation de la concentration en CO2 et les variations à long-terme du climat, ils ne suggéraient pas que l’exploitation des énergies fossiles puisse conduire à un réchauffement des températures [xiv]. Le sentiment d’une crise imminente n’existait pas. Les êtres humains étaient censés se protéger des effets néfastes du climat—force exogène aux sociétés humaines—grâce à la culture (habitat, vêtement, etc.). Et ce n’est qu’un siècle plus tard que l’idée s’ancrera d’une altération anthropogénique des cycles biogéochimiques de la Terre [xv]. De leur côté, les maladies infectieuses ne seront plus regardées seulement comme l’œuvre d’un système microbien, mais comme l’effet d’une causalité endogène, « anthropique », elle aussi produit de la culture et des genres de vie.

 

[i]. Desaive J. P., Goubert J. P., Le Roy Ladurie E., Meyer J., Muller O., Peter J. P., Médecins, climat et épidémies à la fin du XVIIIe siècle, Paris-La Haye, 1972.

[ii]. Le Roy Ladurie E., Le territoire de l’historien (1973), 472-3. Hippocrate, Les airs, les eaux et les lieux, in Œuvres complètes, nlle trad. Littré E., Paris, 1840, t. II.

[iii]. Rochard J., V° Climat, in Jaccoud F. S. (dir.), Nouveau dictionnaire de médecine (et) de chirurgie pratiques, Paris (1864-86), t. 8 (1868), 48. Voir aussi le Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, vol. 5 (1813), 330; et Poujol F.A.A., Dictionnaire de médecine-pratique et des sciences qui lui servent de fondements, Paris (1857), 351.

[iv]. Fonssagrives, V° Climat, in Amédée Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, série 1, t. 18 (1876), 80.

[v]. Humboldt A. de, Cosmos. Essai d’une description physique du monde, Paris, 1847, t. I, 377. Dr Galtier-Boissière (dir.), Larousse médical illustré, nouvelle édition entièrement refondue et augmentée par le Dr Burnier, Paris, (1924), 264.

[vi]. Rostan, V° Climat, in Adelon, Béclard, Biett, Dictionnaire de médecine, Paris, t. 5 (1822), 370-2.

[vii]. Andral G., Bégin E. A. N. J., Blandin P. F., Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, (1829-1836), V° Climat, 297.

[viii]. Ann. hyg. publ. 5 (1831): 55.

[ix]. Guégan J. F., Changement climatique et santé : des liens complexes, Pour la science 89 (2015), 56-8.

[x]. Hays J. N., Epidemics and Pandemics. Their Impacts on Human History, Santa Barbara (2005), 171, 319.

[xi]. Rostan, in Adelon (1822), 373.

[xii]. Galtier-Boissière (1924), 264.

[xiii]. Dechambre (1885), 351.

[xiv]. Arrhenius S., On the Influence of Carbonic Acid in the Air upon the Temperature of the Ground, Phil. Mag. J. Sc. 41 (1896), 237-76. Cleveland C. (2012), Chamberlin, Thomas Chrowder, http://www.eoearth.org/view/article/151054.

[xv]. Hamilton C. et Grinevald J., Was the Anthropocene anticipated ? The Anthropocene Review 2 (2015), 63-4.

 

  • Recent Posts

  • Recent Comments

  • Archives

  • Categories

X